Permaculture au potager

Permaculture dans le jardin : les différentes techniques

Il est possible de s’inspirer des principes de la permaculture au potager. Si vous êtes familier avec la permaculture, vous avez probablement déjà entendu les termes de design permacole, de butte de culture ou encore de spirale aromatique. Nous aborderons ces différentes techniques propres au permaculteur dans cette section.

Démarrer un potager en permaculture part souvent d’un désir d’autosuffisance, de produire une nourriture plus saine pour sa famille par exemple. En général il vaut mieux commencer avec un objectif moins ambitieux, cultiver sur une surface restreinte puis une fois que vous maîtrisez cette espace vous agrandissez votre surface de culture au fur et à mesure.

Inviter la permaculture de votre potager, c’est aussi en quelque sorte laisser faire la nature. On privilégiera des plantes vivaces qui repoussent d’elles-mêmes d’années en années, on mettra en place un écosystème où plantes, insectes et animaux auront leur place. On dit généralement qu’une période d’observation d’un an est nécessaire avant de se lancer. L’analyse du milieu est crucial : la topographie, l’eau, la direction des vents dominants, l’ensoleillement, les facteurs externes impactants sur votre potager, tous ces paramètres doivent être pris en compte pour réaliser le design

Dans la communauté des permaculteurs, ces notions reviennent souvent. Les plus célèbres sont probablement le design, les buttes de culture et la spirale aromatique.

Le design en permaculture

Tout projet agricole ou création de potager en permaculture commencer par l’élaboration d’un design. On est souvent pressé de se lancer et de mettre les mains dans la terre après avoir lu des articles sur le sujet. C’est l’erreur que font beaucoup de gens et vous risquez de commettre des erreurs en fonçant tête baissée.

Comme pour un potager classique, vous devez dessiner un plan. En permaculture, on appelle cela un design. Ce concept englobe beaucoup de choses, vous devrez notamment prendre en compte les éléments suivants :

  • la nature du sol (acide ou basique, terrain sableux ou argileux) ;
  • l’ensoleillement du jardin : aux différentes heures de la journée et au cours des saisons ;
  • le vent : savoir d’où proviennent les vents dominants pour limiter leur impact sur vos cultures ;
  • la topographie : votre terrain est-il en pente ? la zone potagère est-elle située dans une vasque ? ;
  • la pollution : si vous habitez à côté de vignes ou de champs, vous pouvez être impacté par l’épandage de pesticides.

Tous ces éléments vous aideront à choisir l’endroit optimal de votre jardin pour y installer à un potager permacole. Beaucoup de spécialistes en permaculture insistent sur l’importance de l’observation avant de réaliser son design. Dans l’idéal, il faudrait attendre un an pour apprendre à apprivoiser les éléments, apprendre à reconnaître les espèces de plantes bio-indicatrices qui poussent naturellement dans le jardin et les insectes qui y vivent.

Buttes de permaculture

La culture sur butte s’est répandue sur la toile digitale à la manière et on a souvent l’impression que c’est une technique indissociable de la permaculture. C’est faux, on peut très bien se passer des buttes de culture et tout de même créer son potager en respectant les principes de la permaculture. Dans un environnement exposé au vent par exemple, des buttes vont exposer davantage vos cultures à l’évaporation avec un impact négatif sur leur croissance et donc leur rendement.

Il existe une multitude de buttes différentes et chacun l’adaptera en fonction de ses besoins. La plus connue est probablement la butte hugelkultur qui consiste à enterrer des rondins de bois pour les recouvrir de branchages, de compost, de terre puis de paillage.

BonoboPermaculture au potager